*
Top Haut 6

a

Une pratique verbale et corporelle de libération du stress, une vision non-duelle du conflit et de sa résolution
Ur pleustr dre gomz ha dre gorf d’en em zieubiñ diouzh ar stres, ur gwel nann-daouel war ar bec’h hag e ziskoulm
PrinterFriendly
Version optimisée pour imprimer
Menu
Facebook
Daouarn

Les animateurs d'ateliers

Bruno Sinquin commence la pratique de l’Aïkido en 1982 et l’enseigne à la MPT d’Ergué-Armel de Quimper dès 1987 et jusqu’à ce jour. De 1988 à 2001, il suit l’enseignement de Gérard Blaize, les stages de Hikitsuchi Michio en France, et crée en 1994, autour de cet enseignement, l’association « Cercle d’Aikido de Cornouaille ». Entre 1990 et 1993, il pratique le Seitaï avec Peter Shapiro, autour de la naissance de son 3ème enfant. En 2000, il rencontre le Mushindo avec Francis Ramasammy et Ted Devlin, et le Systema en 2004 avec Jérome Kadian. Son approche corporelle, s'est aussi enrichie de la danse contact-impro, et du Jeu Originel de Fred Donaldson.
Il commence ses recherches en communication avec la PNL en 1992, les poursuit avec la méthode Gordon, le Focusing et, de 1995 à 1998, Anne Bourrit et Marshall Rosenberg qui l’initient à la Communication Non Violente. Ce sont l’influence de toute les pratiques et personnes citées, l’étude de la philosophie de Krishnamurti et d’autres enseignants de la non-dualité, sa recherche pédagogique passionnée en Aïkido, l’intégration des principes de la communication non violente au quotidien, avec sa femme et ses trois enfants, et la collaboration participative d’Eric Derobe et de Philippe Vergoz qui l’amènent à créer, en 2005, l’association Shojin pour partager ce qu’il a compris de “ l’art de la paix ”.

Benjamin Watteau a grandi avec le judo jusqu’à sa majorité (1999). Puis il pratique le Ju-jitsu, et s’initie à divers pratiques martiales pendant une dizaine d’années avant de découvrir en 2009 l’association Shojin, dont il devient président en 2012. En complément du Shojin-Aiki, il s’investit dans le Systema (art martial russe) et la méthode Feldenkrais depuis 2014. Les bienfaits qu’il en tire pour sa pratique du Shojiin-Aiki l’incitent à en partager les principes  et à souligner les liens qui unissent ces pratiques dans un atelier de Shojin- Taiso.
Il s’appuie pour cela sur son expérience d’éducateur sportif (Licence Staps, education et motricité) et de formateurs d’adulte (Docteur en science de l’éducation), ainsi que sur une conception de la santé issue de la médecine traditionnelle chinoise (Praticien, diplômé du CEDRE).

Philippe Vergoz peint et dessine depuis son enfance; depuis 1996, il participe à des expos de dessins, photos et peintures comme organisateur et comme artiste. Entre 1987 et 1992, il est architecte et à partir de 1992, il se forme comme menuisier et devient menuisier-architecte dans des projets à échelle humaine, espérant ainsi se rapprocher des gens et de la matière.
Il commence l’Aïkido, en 1993 avec Bruno Sinquin et la communication non-violente en 1996, avec Bruno et Anne Bourrit. Il voit quasiment immédiatement le lien entre les deux pratiques et son Aïkido commence à prendre différentes formes.
Durant son parcours, il rencontre, notamment: le Seitaï, le Mushindo, les « vibrations japonaises », le massage, le travail sur la voix et le Systema. Il participe à la création du Shojindo, et de l’Aïki-shojin-do. Il décide en 2004, de prendre le rôle de professeur dans ces pratiques. Dans toutes ces activités, dans le dojo et hors dojo, il a l’espoir d’initier et de participer à une façon d’être qui permette à chacun d’utiliser et de développer son élan créatif, son élan de vie et son élan d’amour.

Pseudo :
User-Login
Votre E-mail