*
Top Haut 6

a

Une pratique verbale et corporelle de libération du stress, une vision non-duelle du conflit et de sa résolution
Ur pleustr dre gomz ha dre gorf d’en em zieubiñ diouzh ar stres, ur gwel nann-daouel war ar bec’h hag e ziskoulm
PrinterFriendly
Version optimisée pour imprimer
Menu
Facebook
 

 

" Je vous demande de collaborer avec moi ; nous nous entraînons ensemble et chaque année, les techniques avancent, évoluent, changent. Ce n'est pas figé (...) parce que c'est l'étude de la vibration de l'âme et ce sont des études qui n'ont absolument pas de formes."
 
 
Moriheï Ueshiba est le créateur de l’Aïkido. Il est né en 1883 et est mort en 1969.
Il s’initie dès son plus jeune âge à plusieurs écoles martiales et spirituelles du Japon et, dès 1922, enseigne son propre art qui change de nom au fur et à mesure de son évolution.
Guerrier idéaliste, transformé, d’éveil en éveil, en homme de paix et de prière, il fut jusqu’à la fin de sa vie, un artiste martial exceptionnel qui pouvait "souffler au loin", ou "immobiliser d'un seul doigt" ses partenaires, quelque soit leur nombre. Si une vision de l’extérieur peut laisser à certains l’impression d’une danse, ou de situations pré-arrangées, tous ceux qui se sont confrontés directement et concrètement à lui, ont été touchés par l’efficacité étrange et déroutante de ses techniques.
Dans le monde de l'Aïkido, il est parfois appelé “Kaïso" (le fondateur), et souvent "O Senseï" (Senseï : celui qui est devant, professeur. O Senseï : grand professeur).
 
 
 
 
 
 
 
 
A ses yeux, l’Aïkido, est un art neuf, entièrement différent de tous ce qui existait auparavant. J'ai appris à peu près 30 écoles (ryu) d'arts martiaux (budo) par exemple Yagyu Ryu, Shinyo Ryu, Kito Ryu, Daito Ryu, Shinkage Ryu ... mais l'Aikido n'est pas la synthèse de ces écoles. L'Aikido est uniquement crée par le Ki"
En 1940 en effet, il témoigne:“… j’ai oublié toutes les techniques que j’avais apprises et j’ai dû faire de nouveau les techniques des ancêtres; et ces techniques sont là pour montrer que le monde entier est comme une famille et qu’il n’y a pas d’étrangers”.
Et en 41:"... l'entrainement des techniques corporelles (tai jutsu) est fini. Maintenant je suis entré dans l'entraînement de Kannagara" (réalité divine de la nature, terme issu du Shinto). C’est à partir de cette date qu’il donne, en pleine guerre mondiale, à sa pratique le nom d’Aïkido, un art fait “ni pour combattre, ni pour vaincre” … mais pour ...“supprimer la notion d’ennemi”.  
 
 
 
                            
Ai, amour                                              Ai, unité
 
 
Dès 1925, nous décrivant son expérience de l'éveil, il témoignait:
" En cet instant, je fus illuminé ; la source de l'art martial est l'amour divin : un esprit de protection pour tous les êtres. Des larmes de joie coulèrent sur mes joues. Je compris : le véritable art martial consiste à accepter l'esprit de l'univers, à préserver la paix, à recevoir cet amour, qui génère, protège et nourrit avec justesse tous les êtres de la nature, à l'assimiler et à l'utiliser dans notre propre corps et notre propre esprit."
En faisant vibrer « Aï », trace sonore du mot « Amour », dans le nom même de son art pourtant martial, Moriheï Ueshiba, rappelle à chaque pratiquant la possibilité inscrite en lui-même de transformer par l’esprit et l’entraînement les techniques guerrières de destruction en art de paix et de non violence. Si ce mariage incroyable, ambigu et paradoxal entre l’amour et la guerre, peut intriguer, fasciner ou pourquoi pas, irriter, il constitue néanmoins à nos yeux l’essence même de l’Aïkido et définit la place à part qui est la sienne dans l’univers des arts martiaux.
 
NB: L’emploi par Moriheï Ueshiba, du mot «divin», ne signifie en aucun cas que l’Aïkido nécessite l’adoption d’une quelconque croyance. Le mot dieu est tout à fait remplaçable par un autre en accord avec la philosophie de chacun: esprit de la nature, énergie de la vie, lois de la physique ...
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pseudo :
User-Login
Votre E-mail