*
Top Haut 6

a

Une pratique verbale et corporelle de libération du stress, une vision non-duelle du conflit et de sa résolution
Ur pleustr dre gomz ha dre gorf d’en em zieubiñ diouzh ar stres, ur gwel nann-daouel war ar bec’h hag e ziskoulm
PrinterFriendly
Version optimisée pour imprimer
Menu
Facebook
TakeMusu
               
 

 

 L'Aïkido
fut créé par le japonais Moriheï Ueshiba né en 1883 et mort en 1969.
Plus qu'un art martial, et aussi un art martial, il se pratique à main nues, avec couteau, bâton ou sabre.
Issu de la tradition du Japon, c'est un art sans compétition, dont la richesse se renouvelle sans cesse,
et qui se décline de nos jours dans de nombreuses et différentes écoles. (le Shojin-Aikido est l'une d'entre elles)
Résolument non agressif, il propose une approche originale de transformation du conflit:
son intention est en effet de développer une force de protection assez grande pour prendre en compte et soi et l'attaquant
dans une seule énergie en mouvement.

irimi, avancer
et traverser le partenaire
 
 
 
 
écouter
 
 
délicatesse des mains
puissance de l'aspiration
 
 
 
fleurd'aïki
 
 

 
 
 
 
L'Aikido
et ses principes,
d'après le classement que donne John Stevens dans ses livres
une philosophie qui s'exprime,
se partage et s'approfondit par le corps
"Je ne vous enseigne pas des techniques martiales,
je vous enseigne la non-violence"
 
   médiateur
entre le ciel et la terre
 

Ten-Chi-Jin, conscience de l'axe vertical, connaissance de soi-même. Principe s'illustrant basiquement par la technique Ten Chi Nage
Ten: ciel, inspiration, vide mental, intention mentale, futur— symbole le cercle
Chi: terre, gravitation, bio mécanique du corps, passé— symbole le carré
Jin: homme médiateur entre ciel et terre, intention du coeur, présent — symbole le triangle
Se tenir debout c'est être h
umain, spécifiquement: c'est le dos droit que l'on soulève une charge, et, dans la pratique de l'Aikido, sans avoir de charge à porter car les gestes visent à être sans aucune tension ni volonté, nous pouvons constater que c'est la même posture qui autorise
l'expression la plus aisée et la plus puissante de l'intention.
Simplement debout, simplement assis et le dos naturellement droit, posture fondamentale de l'Aikido
s'exprime aussi dans la marche à genoux (shikko), dans la marche debout, dans le passage de l'une à l'autre et dans l'exécution de tous nos mouvements.
Coeur confiant entre la terre – la gravité, le sérieux de l'engagement dans une voie –
et le ciel, la légèreté, la joie de la découverte.
Pas d'Aikido sans philosophie, Ten-Chi-Jin, c'est aussi un questionnement
sur la place de l'homme dans l'univers, l'homme en général et moi-même, vous-même, en particulier, questionnement sincère qui ne se satisfait pas de réponses toutes faites, ou données par d'autres.
« L'Aikido commence par vous. Il est l'art d'apprendre profondément, l'art de se connaître soi-même... votre coeur est plein de graines fertiles, attendant pour pousser »
Irimi
 
Irimi, initiative et sens martial — symbole le triangle. Principe s'illustrant basiquement par la pique du bo (bâton)
Pour Uke qui reçoit la technique, irimi c'est donner son corps dans une attaque. Pour Shite qui donne la technique, c'est prendre l’initiative, entrer et pénétrer au cœur de l’intention du partenaire, avant même la manifestation physique de geste.
Les pieds sont en forme de triangle, une énergie de ligne droite, comme un rayon de lumière est créée, et le corps entier glisse au delà de l’attaque, au delà de la peur d'être touché. L’instantanéité du déplacement est accompagnés de la vitalité des mains qui peuvent toucher les points sensibles du partenaire (atemi-waza) et de leur douceur qui accompagne et guide (vers le cercle…)
En communication verbale, irimi correspond à une proposition claire ou à une expression de soi sincère, ouverte et directe, au-delà de la crainte de la réaction de l’autre.
Kaiten
 
Kaiten, accueil et non-résistance — symbole le cercle. Principe s'illustrant basiquement par la pique du tanto (couteau) désarmé par kote-gaeshi.
Pour Uke qui donne son corps dans l'attaque, c'est apprendre à recevoir les techniques et les mises au sol, en restant présent, investi et détendu. (Ukemi). Pour Shite c'est ouvrir (kai) et tourner (ten). Corporellement, l’essence de “kaiten” est en effet le pivot sur place, avec les pieds, les hanches, les mains unifiées. Le pied avant peut glisser derrière (tenkan) ou le pied arrière glisser devant (variante). Le cercle, symbolise l’unité, l’écoute et la compassion. Le “ten” de kaiten ou tenkan, veut dire “roue”: la roue tourne, les choses se transforment, “la vie continue”... Si irimi a rempli sa fonction, vous êtes vivant. L’agressivité est passée, le partenaire-adversaire flotte dans un vide, il est étonné, un peu perdu. En reprenant son esprit, il retrouve son intention première et veut la maintenir. Irimi suffit rarement à le combler (mais ça arrive), son agressivité reste à fleur de peau, il n’est pas nourri… Donc, vous continuer à l’écouter, à l’accompagner, vous êtes en empathie avec lui, vous sentez ce qu’il sent, voyez le monde comme lui, et vous le guidez vers la transformation de son agressivité en lâcher prise, en épuisement physique, en joie, en gratitude ... Vous le guidez vers le carré, vers la terre ou, en dialogue verbal, vers la conscience de ses besoins profonds.
Osae-Waza
 
Osae-Waza, enracinement et stabilité — symbole le carré.
Principe s'illustrant basiquement  par suwari waza ikkyo, nikkyo, sankyo, yonkyo, gokyo, rokkyo.
Pour Uke qui donne son corps dans l'attaque, c'est s'investir dans son intention
jusqu'àu contrôle entier du partenaire. Pour Shite c'est l'apprentissage des techniques d’immobilisation de l’Aïkido, et pour les deux l'étude de la bio mécanique du corps. Il est important de les pratiquer avec l’esprit d’un soin, d’un massage que vous donnez à votre partenaire.
Le symbole des osae-waza est le carré qui représente la stabilité, la relation à la terre,
la structure ferme sur laquelle nous pouvons compter et qui génère de l’harmonie.
En résolution verbale de conflits, quand tous les points de vue ont été pris en compte, peut apparaître, naturellement, “comme par magie” une entente, un accord que chacun trouve légitime…
Et en Aikido si vous jouez sincèrement l’attaquant avec un partenaire qui peut vous le faire vivre, vous vous retrouvez dans un état de bien-être, allongé au sol sur le ventre ou sur le dos et dans l’impossibilité de continuer votre attaque, vidé de votre agressivité et heureux de l’être.
  
Irimi, kaiten, osae…
danse du triangle, du cercle, et du carré est le rythme de l’Aikido en action.
Si vous voyez, deux aïkidokas en mouvement dans un randori, vous pouvez facilement le repérer :
des avancées claires et profondes, des mouvements circulaires, des pauses un partenaire contrôlé au sol… et éventuellement un nouveau cycle qui reprend.
IRIMI création, KAITEN écoute et accueil du retour, OSAE résolution et intégration, sont également présents dans le cycle de la réalisation de nos projets, ou comme évoqué précédemment, dans les interactions verbales entre humains.
C’est un rythme de la nature, auquel nous participons intimement, visible dans le mouvement de la mer, dans les cartes météos à la télévision, ou dans les photos des planètes, des astres et des galaxies que nous admirons à l‘occasion…
Ce cycle, pour prendre sa pleine puissance, se nourri de l’intérieur par le travail de 3 autres principes : kokyu, shiho-hai, ushiro waza
 
            Kokyu 

Kokyu,  souffle et rythme — symbole la vague. Principe s'illustrant basiquement par suwari waza kokyu-ho
Kokyu-ho est l’étude de la respiration. Nos poumons respirent, notre corps entier respire, nos émotions et nos besoins respirent : activation/rapprochement, satisfaction/éloignement. L’univers entier, en nous comme hors nous, suit cette alternance mystérieuse : inspirer et expirer, s’unir et se séparer, s’étendre et se ramasser, se relâcher et se contracter, s’ouvrir et se fermer. Au dojo (lieu d’étude de la voie), nous nous entraînons à ce que chacun de nos gestes soit animé par la présence de la respiration (kokyu ryoku), à ce que notre partenaire s’en vienne et s’en aille comme notre respiration. Nous faisons grandir cette sensation, et éventuellement l’accompagnons par une expression sonore. (Kiaï, Kototama).
Hors dojo, dans une conversation, vous pouvez vous unir à la respiration de votre interlocuteur pour vous mettre en empathie avec lui, ou vous aider de la respiration pour vous connecter en vous–même. Kokyu–ho, étude de la respiration peut également se réaliser dans la nature, en respirant avec les vagues, les marées ou les arbres ...
 
Shiho-nage
 
Shiho Hai, conscience rayonnante et gratitude — symbole la rose des vents Principe s'illustrant basiquement par ryote dori shiho nage
Coupe (kiri), projection (nage) ou salut (haï) dans les 4 directions, les 8 ou plus jusqu’au cercle, principe relié au sabre. Redressement de la posture, centrage, ouverture des hanches, unité ente les pieds et les mains, prise de conscience de la ligne médiane du corps (“petite orbite microcosmique “ du qi- gong taoiste)
S’entraîner ainsi à ouvrir la conscience dans toutes les directions est également le premier pas dans le travail avec plusieurs partenaires-adversaires. Avec la pratique de shiho-nage, quelqu’un vous tenant fermement, nous développons notre enracinement, unifions notre respiration et le partenaire au jeu yin-yang des mains et commençons à vivre le “ki-musubi” de l’aïkido : spirales ascendantes et descendantes qui s’enchevêtrent et nous lient comme un seul corps.
 
Ushiro waza

Ushiro waza, confiance dans notre intuition et ouverture à l’inconnu — symbole le vide Principe s'illustrant basiquement par ushiro ryote kokyu-nage. Ushiro-waza : techniques arrières et par extension, toute situation imprévisible. Dans ou hors dojo, nous pouvons observer que nos réactions à l’imprévu, mettent en lumière de ce que l’habitude essaye de nous dissimuler. De même, dans la pratique, accepter volontairement de se faire attaquer par derrière, sensibilise notre dos et réveille des parties oubliées de nous-mêmes : peur de ce qui est caché et arrive par surprise, peurs d’enfants qui nous empêchent de découvrir ce que nous savons déjà. Des connections inutilisées du cerveau sont stimulées et notre intuition se développe. Quand le partenaire arrive de face ou de côté, faire comme si en même temps, un autre était dans votre dos, prêt à attaquer à tout instant ouvre l’esprit et augmente la qualité de la posture.

Irimi, kaiten, osae waza,kokyu, shiho-hai, ushiro waza, sont les principes racines de l’Aïkido, desquels tout le reste découle. Présent dans chaque intention, geste ou mouvement de l'Aikido,leur étude a pour but de nous amener au repérage de Ki-Musubi, sensation concrète du lien énergétique.
 
Ki-Musubi,
présence du lien énergétique — symbole la spirale
Dans la pratique "Shojin" de l’Aïkido, repérer Ki-Musubi est à la fois le premier pas, car c'est par lui que tout commence, et le dernier, car il contient potentiellement l’ensemble
Principe unificateur il nous permet d’appréhender l’Aïkido, (avec bokken, baton, couteau, ou à main nue) comme un tout unifié (RiaiÏ), ou d’y intégrer l’ajout d’autres pratiques sans en altérer l’essence.
Une fois repérée et valorisée, cette présence surgie de la liberté de l’instant,
se nourri et s’affine par l’attention que vous lui donnez,
se développe dans le vide de l’esprit (Mushin),
s’intensifie par la présence du souffle (Kokyu Ryuku) et de la vibration sonore (Kototama),
se colore de nos visualisations, et permet l‘expression de la bienveillance du cœur dans les techniques,
en même temps qu’elle les rend paradoxalement de plus en plus efficaces.
En changeant notre relation à l’espace et au temps, il libère notre créativité, transforme notre entraînement, notre compréhension de l’Aïkido, et notre vision de la vie :
c’est la fin et de la recherche et de sa tension, et le début de l’exploration, joyeuse et sans fin.
 
Les sentiments profonds que nous ressentons quand ki-musubi s’exprime, peuvent constituer, pour ceux qui le souhaitent, un encouragement à étendre cette réalisation au delà du dojo et à d'autres expression, comme le propose le Shojindo avec son travail sur la communication et la prévention verbale des conflits
  
Pseudo :
User-Login
Votre E-mail